01 56 62 00 55
Financement et défiscalisation Outre-mer computer Souscription 100% en ligne

Les perspectives économiques commencent à se dessiner pour l'année 2024 qui pourrait apporter quelques surprises avec des marchés émergents et des stratégies ESG qui pourraient attirer les investisseurs. La désinflation devrait se poursuivre alors qu'on attend un retour à la normale progressif du marché de l'emploi.

La décrue de l’inflation va se poursuivre en 2024  

Courant 2023, nous avons vu le début de la décrue de l’inflation mondiale. En 2024, il faut s’attendre à une poursuite de cette tendance dans les pays du G7 mais les niveaux d’inflation devraient encore être au-dessus des cibles de 2% des banques centrales. Un choc sur les matières premières ou une erreur de communication des banques centrales pourrait toutefois y apporter un frein. Comme le rappelle un rapport du FMI en date du 3 octobre 2023, les anticipations sur l’inflation future jouent un rôle essentiel dans l’évolution de l’inflation effective. Si les anticipations se normalisent, l’inflation effective devrait reprendre une trajectoire normale. 

Les États-Unis resteront la locomotive de la croissance mondiale 

En 2024, le risque de stagflation sera encore présent en zone euro même si l’ensemble de la zone, y compris l’Allemagne particulièrement sinistrée en 2023, devrait sortir de la récession.  

En 2023 les États-Unis sont sortis d’une récession juste «technique», grâce à la confiance des consommateurs américains. Malgré un ralentissement des dépenses dans les services, la consommation aura été très résiliente sur l’année 2023. L’économie américaine a progressé de 4.9% en rythme annualisé au troisième trimestre. Il s’agit de la plus forte croissance depuis le quatrième trimestre 2021. Les stocks privés ont ajouté 1.3% à la croissance, et les exportations (5.4%) ont dépassé les importations (4.2%).  

En 2023, le marché de l’emploi américain est resté très dynamique, avec des hausses de salaires importantes, dans la continuité d’une période post-covid exceptionnelle. Un retour à la normale progressif est attendu pour 2024 mais ne sera pas un frein à la reprise. En effet, bien qu’on puisse s’attendre à un ralentissement, la croissance économique américaine devrait réaccélérer en 2024, malgré des déficits budgétaires qui pèseront sur l’économie. Les élections pourraient apporter une dynamique favorable à la croissance américaine.  

Les taux de rendements obligataires continueront d’être très positifs en 2024? 

Malgré une légère baisse des taux en 2023, les obligations redeviennent intéressantes en 2024. Après avoir connu le plus gros krach de leur histoire en à peine trois ans, les obligations d’Etats redeviennent centrales dans les allocations. Ainsi, l’OAT 10 ans termine l’année avec un taux à 3%. 

De plus, les obligations d’entreprise pourraient compenser la perte du pouvoir d’achat lié à l’inflation avec des rendements obligataires allant de 4 à 9% en fonction de la qualité du crédit. S’il semble peu probable, un «credit crunch» reste possible en zone euro. Mais si c’est le cas, les taux devraient vite baisser et compenser en partie l’écartement des spreads de crédit.  

Les actions pourraient encore surprendre positivement 

Les grands indices boursiers ont terminé l’année 2023 avec des résultats à deux chiffres malgré leur volatilité entre août et octobre. En 2024 les actions pourraient de nouveau surprendre, notamment celles exposées aux enjeux de la finance durable et de la santé. Une force de rappel à la fois réglementaire et sociétale poussera lors des prochaines années les investisseurs à acheter structurellement les stratégies ESG, notamment celles liées aux enjeux environnementaux et de biodiversité. Pour rappel, la sixième extinction de masse est en cours : des espèces disparaissent à une vitesse sans précédent. Les Etats et les investisseurs vont être amenés à intervenir pour ralentir, voire endiguer, ce qui pourrait provoquer l’effondrement de notre civilisation.  

Difficile de prévoir les résultats des valeurs technologiques très prisées par les investisseurs en 2023 et dont les performances se sont littéralement envolées. Le dégonflement de la bulle sur ces valeurs semble délicat à prévoir avec «Sept magnifiques» dont les valorisations potentielles de croissance font débat.  

Il faudra aussi surveiller les petites valeurs en 2024. Le sursaut d’intérêt sur les small caps au dernier trimestre 2023 laisse entendre que la tendance pourrait se poursuivre en 2024. En effet, les petites valeurs jouissent d’une surcote historique grâce à un potentiel de croissance plus élevé associé à une moindre liquidité.  

La situation du marché immobilier des bureaux européens restera quant à elle très compliquée, même si certaines sociétés foncières atteignent des niveaux de valorisations très intéressants. 

Enfin, certains marchés émergents attrayants et sous-évalués pourraient attirer les investisseurs internationaux. Avec la stabilisation et la reprise du cycle des exportations, nous pouvons nous attendre à ce que les résultats, sur le périmètre des indices émergents monde, affichent une croissance supérieure aux pays développés en 2024. Cependant le marché chinois lui, restera avec une croissance économique très en dessous des attentes.  

 

Jérôme DEVAUD

-

Articles relatifs

Vous
recherchez
des solutions d’investissement innovantes ?

Je me renseigne

Restez toujours informé

Inscrivez-vous à notre newsletter

gpp_maybe Vigilance fraude

Nous avons été informés le 4 décembre 2023 être victime d’une usurpation d’identité par la société SM CONSULTINGS (qui se fait aussi appeler SM CONSULTING) dans le cadre de souscriptions à nos opérations Girardin G3F. Nous attirons votre attention sur le fait que toute souscription aux solutions d’investissement du Groupe Inter Invest s’effectue exclusivement par voie électronique à partir d’un compte investisseur dédié sur www.inter-invest.fr. Aucun virement vers une société tierce, et par un autre canal de souscription, ne peut être sollicité.

Nous vous remercions pour votre vigilance.