Dans un environnement aussi volatil la quasi-totalité des actifs cotés sont tombés dans le rouge fin 2018 après avoir progressé tout au long de 2017, face à un marché des actions soumis à la versatilité des banques centrales qui, en moins d’un an, sont passées d’annonce de hausse des taux à leur stabilisation puis à leur baisse, au cœur d’une économie dépendante des tweets de Donald Trump, la gestion de son patrimoine financier relève de la haute voltige.

Seule une vision à long terme et surtout le choix d’investissements qui ont « du sens » justifient de franchir le pas. Les gérants, qui adoptent pour toute leur gestion une approche dite ESG, l’ont bien compris. Ils s’engagent par ces trois lettres à investir dans des sociétés qui respectent l’environnement, qui adoptent une stratégie tournée vers le social et qui mettent en place des règles de gouvernance incluant leurs salariés et actionnaires.

Les Etats les y poussent fortement. Après avoir obligé les gérants de l’épargne salariale à proposer un fonds « responsable » dans leur offre d’investissements, le gouvernement a franchi une nouvelle étape avec la loi Pacte publiée au journal officiel le 23 mai dernier. Celle-ci a étendu cette obligation aux contrats d’assurance-vie. A compter de 2020, les assureurs seront tenus de proposer une unité de compte investissement socialement responsable (ISR), verte ou solidaire puis deux à partir de 2022.

Les sociétés de gestion ont largement anticipé cette obligation, convertissant une grande partie, voire l’ensemble de leur offre à l’approche ESG. Elles ont aussi diversifié leur approche : après avoir exclu les mauvais élèves, elles ont lancé des fonds climat et depuis peu, des produits de placement à impact positif. Une nouvelle génération de fonds qui entend sélectionner non seulement les entreprises qui ont un comportement vertueux mais aussi et surtout celles qui, par leurs activités, ont un effet direct sur la protection de l’environnement, le développement des énergies renouvelables…

La demande croissante pour ce type de produits de la part tant des investisseurs institutionnels que des épargnants particuliers contribue à accentuer cette dynamique. 75% des européens interrogés par Allianz Global Investors1 déclarent que les critères de développement durable sont importants, voire très importants. Selon la même étude, deux Français sur trois estiment que l’investissement responsable renforce leur confiance dans la gestion de leur épargne. Ils placent en tête de leurs thèmes prioritaires : le respect et la protection de l’environnement puis l’emploi, l’éducation, le respect des droits de l’homme et le réchauffement climatique… Les épargnants ont aussi investi en 2018 plus d’un milliard d’euros dans la finance solidaire selon le dernier baromètre 2018 Finansol2, ce qui porte l’encours de celle-ci à 12,56 milliards d’euros. 

Le non coté a été la première classe d’actifs à donner du sens à son épargne en contribuant au financement de PME ou de start up. Ainsi, l’investissement direct au capital des sociétés, la participation à des holdings, à des « club deal » ou encore le lancement de fonds d’investissement pour l’innovation (FCPI) en sont la preuve. Les placements via les fonds d’investissement de proximité (FIP) ont le vent en poupe et, depuis 2017, les PME ultra-marines sont également éligibles à ces placements grâce à la loi égalité réelle outre-mer. Bénéficiant d’une fiscalité avantageuse, les FIP Outre-mer permettent au contribuable de bénéficier d’une réduction de son impôt sur le revenu de 38% en contrepartie d’une durée de blocage de 7 ans minimum.

Inter Invest, présent dans les outre-mer depuis 1991, a déjà accompagné 19400 entreprises ultra-marines au travers de financement de projets via le dispositif Girardin. Des investissements dont Inter Invest s’est fait une spécialité depuis vingt-huit ans au travers de la commercialisation de solutions Girardin. Particulièrement légitime pour accompagner le développement des PME ultra-marines, le Groupe Inter Invest s’appuie sur ses 9 agences locales qui lui confèrent une connaissance pointue du tissu économique des DOM-COM.

L’an dernier, Inter Invest a souhaité aller plus loin dans ses engagements et a franchi une étape supplémentaire en créant New Energy, la 1ère solution de réduction d’impôt à impact environnemental positif. Cette solution a pour finalité d’équiper un maximum de foyers des départements et territoires d’outre-mer en équipements de production  d’énergies renouvelables tout en délivrant aux investisseurs une très bonne rentabilité (autour de 20%) dans un environnement sécurisé grâce à toutes les mesures prises en amont et pendant l’opération (contrôle des prix des matériels par des experts indépendants, audits externalisés des principaux fournisseurs agréés EDF Agir Plus, suivi des investissements par les équipes locales durant toute la durée des opérations, instauration de clauses de limitation de recours...) et à la mutualisation du risque, l’investissement étant réparti sur plusieurs opérations.

1 Etude menée par Allianz Global Investors et datant du 31 décembre 2017
2 16ème édition du Baromètre de la finance solidaire mené par Finansol / La Croix et datant du 3 mars 2019
Jean-Baptiste de PASCAL

Jean-Baptiste de PASCAL

-

Articles relatifs

Vous souhaitez réduire
votre impôt ?

Découvrez de quel montant vous pouvez réduire votre impôt grâce à notre simulateur

Je fais la simulation

Restez toujours informé

Inscrivez-vous à notre newsletter