Le nickel calédonien en crise

nickel nouvelle-calédonie

Richesse sans conteste de la Nouvelle-Calédonie, le nickel est considéré comme « l’or vert » par les Kanaks (car le protoxyde de nickel anhydre, un des principaux composés du nickel, est une poudre verte). Profondément inscrit dans le paysage et ancré dans le cœur des Calédoniens, il maintient la santé économique du territoire. Malheureusement, le nickel, indispensable à la fabrication d’acier inoxydable, connaît une crise sans précèdent. Le cours de ce minerai est à son plus bas niveau depuis près de quinze ans, principalement à cause de la baisse importante de la demande chinoise, d’habitude très vorace en nickel. Face à cette crise qui ne finit pas, le gouvernement a décrété « l’état de crise du marché calédonien ». Etat des lieux

par Stécy Lancastre

-


Le saviez-vous ? La loi Girardin est une incitation fiscale à l'investissement privé dans les DOM-COM et en Nouvelle-Calédonie : vous investissez dans une entreprise ultramarine et vous bénéficiez en contrepartie d’une réduction de votre impôt sur le revenu. Si cette solution de défiscalisation vous intéresse, faites une simulation de réduction d’impôt. Plus d’information sur le dispositif dans cet article.

Le nickel, un composé essentiel des aciers inoxydables

Les aciers inoxydables sont indispensables dans de nombreux domaines : vie quotidienne, industrie mécanique, agroalimentaire, la chimie ou encore la médecine. Comme un grand nombre d’aciers, ce sont des alliages de fer et de carbone auxquels on vient ajouter d’autres éléments tels que le chrome et… le nickel. Ce minerai permettant d’améliorer la résistance à la corrosion, il est utilisé dans la plupart des produits industriels. L’industrie du nickel est un véritable vecteur de richesse pour les pays qui en possèdent. Parmi eux, les leaders mondiaux sont le Brésil et l’Australie, la Nouvelle-Calédonie se classant à une très honorable (au vu de sa taille) 7ème place. Dans ce contexte mondial en crise, la Nouvelle-Calédonie reste à ce jour le seul producteur à ne pas avoir fermé une seule de ces mines.

Le Nickel en crise mondiale

Cette crise mondiale du nickel va de pair avec la crise chinoise. En effet, le 1er producteur mondial d’acier est un très grand consommateur du minerai. La Chine, qui absorbait 45% du nickel produit chaque année, n’a importé en 2015 que 3,2 millions de tonnes de minerai brut soit 20% de moins qu’en 2014. Des chiffres qui mettent le secteur en « état d’urgence ». On estime ainsi à 12 semaines le temps de consommation mondiale de nickel stocké dans les entrepôts agréés par le LME (London Metal Exchange). Du jamais vu depuis vingt ans ! Dans le même temps, la Chine commence à se faire ses propres stocks, ce qui pourrait expliquer à terme leur désamour pour le nickel provenant de l’étranger. Ce coup de frein chinois pèse sur l’ensemble des économies émergentes productrices de matières premières, économies qui sont d’autant plus fragilisées par la hausse du dollar.

Poumon économique du « caillou », le nickel calédonien souffre bien évidemment de l’effondrement des cours mondiaux. Le secteur représentant directement et indirectement 75% des emplois, l’archipel a les yeux rivés sur les indicateurs boursiers, tout en priant pour un retournement de la tendance. Face à cette ultra dépendance, contrairement aux autres pays concernés, l’Etat français a décidé de venir en aide au secteur en débloquant un fond d’aides publiques pour soutenir le nickel calédonien exsangue.

Le déblocage d’aides publiques pour un secteur stratégique

En prévision d’une éventuelle crise du nickel, 2 milliards de Francs Pacifique (16,5 millions euros) avaient été engagés pour soutenir les mineurs et leurs sous-traitants. Cette somme correspond aux ressources du Fonds Nickel crée en 2009. L’effondrement actuel des cours mondiaux ayant considérablement touché le secteur du nickel calédonien, l’Etat vient de débloquer cette aide publique. De surcroit, la prise en charge d'une partie des cotisations sociales patronales pour les entreprises de moins de 500 salariés ou le financement de travaux curatifs ou compensatoires pour maintenir l'emploi et l'activité sont notamment envisagés. Les mesures prises par l’Etat ont inspiré le groupe Eramet, groupe minier français : « 150 millions d’euros (18 milliards CFP) sont apportés par Eramet pour soutenir la SLN (filiale calédonienne d’Eramet NDLR) et garantir pour les six prochains mois l’activité de l’entreprise » a annoncé Philippe Gomes député de la deuxième circonscription de la Nouvelle-Calédonie.

Avec le soutien du gouvernement et celui d’Eramet, l’activité du minerai peut compter sur deux alliés de poids dans cette tempête mondiale. Une très bonne chose pour le nickel calédonien, secteur stratégique, puisqu’il entre dans la fabrication des moteurs M88 du Rafale de Dassault Aviation, principal fournisseur de l’aviation militaire française…


De quelle réduction d'impôt pouvez-vous bénéficier dès l'an prochain ?

Contactez-nous pour recevoir votre offre de défiscalisation adaptée