La baisse progressive des pensions ainsi que les incertitudes du système de retraite français poussent de plus en plus de Français à se soucier de la préparation de leur retraite. De nombreuses solutions existent pour se constituer un patrimoine financier et immobilier afin de générer des revenus complémentaires.

Développer un patrimoine financier

L’assurance-vie est un placement intéressant pour commencer à préparer sa retraite car c’est un dispositif souple et peu contraignant. Pendant votre vie active, vous versez à votre rythme sur votre contrat, en choisissant votre profil de risque et vos supports. Vous pouvez récupérer une partie ou l’intégralité de votre capital à tout moment. Au fur et à mesure que vous approchez de l’âge de la retraite, il est recommandé de sécuriser votre patrimoine. Vous pouvez donc opter pour une stratégie d’investissement plus prudente, en vous orientant vers des supports sécurisés comme le fonds euros. Au moment de votre retraite, le capital versé ainsi que les intérêts cumulés vous permettront de vous verser des revenus complémentaires. Vous pouvez, par exemple, mettre en place des retraits programmés pour avoir un complément régulier tous les mois.

Le Plan Epargne Retraite (PER) a été créé fin 2019 et remplace les anciens dispositifs de retraite comme les PERP et Madelin. En versant sur un PER, vous pouvez déduire de vos revenus imposables les sommes versées, ce qui vous permet de réduire votre impôt, tout en vous constituant un complément de retraite. Le fonctionnement est le même qu’en assurance-vie, vous investissez votre épargne, à votre rythme, selon votre profil de risque et sur divers supports. Au moment de votre départ en retraite, vous avez la possibilité d’opter, soit pour une rente viagère, soit pour la récupération de votre capital. Vous pouvez faire un mixte des deux et vous pouvez lisser la sortie en capital sur plusieurs années.

Développer un patrimoine immobilier

Vous pouvez aussi vous tourner vers l’immobilier pour avoir des compléments de revenus. De nombreux dispositifs existent, certains permettant même d’obtenir une réduction d’impôt.

Le dispositif Pinel

La loi Pinel consiste à acheter un bien immobilier neuf et à le louer pendant 6, 9 ou 12 ans à un locataire respectant des plafonds de ressources et à un prix plafonné. Pendant la durée de location, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 12% du montant d’acquisition sur 6 ans, 18% sur 9 ans, 21% sur 12 ans. A la fin de cette période, vous pouvez soit y habiter, soit le louer à la personne de votre choix, soit vendre le bien et réaliser une potentielle plus-value. Ce dispositif peut être utilisé comme un moyen de préparer votre retraite avec des compléments de revenus versés sous forme de loyers.

L'investissement en nue-propriété

L’investissement immobilier en démembrement de propriété consiste à séparer l’usufruit de la nue-propriété. Vous achetez la nue-propriété d’un bien immobilier neuf avec une décote (environ 40% selon les programmes et la durée du démembrement). Cette décote correspond aux revenus que vous auriez perçus si vous étiez en pleine propriété. L’usufruit est cédé à un bailleur qui gère le bien, perçoit toutes les recettes et paie toutes les charges. Au terme du démembrement (entre 15 et 20 ans), vous récupérez la pleine propriété de votre appartement. Cet investissement vous permet de diversifier votre patrimoine, sans aucune gestion locative, ni aléas locatifs, ni impôt lié aux revenus locatifs. De plus, l’investissement n’entre pas dans l’assiette imposable de l’IFI pendant la durée du démembrement. Ce dispositif vous permettra de bénéficier de revenus locatifs si vous mettez votre bien en location, à la fin du démembrement.

La SCPI

Les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) gèrent des portefeuilles immobiliers, constitués des parts acquises par leurs clients. Leur activité principale est l’acquisition, la gestion et la location de patrimoine immobiliers à des professionnels. La plupart des SCPI investissent dans de l'immobilier tertiaire, des bureaux et des commerces. Lorsque vous investissez dans des parts de SCPI, vous percevez des revenus réguliers, généralement tous les trimestres, aux alentours de 4 à 5%. Cependant, vous n’êtes pas propriétaire de l’immeuble. L’avantage des SCPI est de pouvoir accéder au marché immobilier grâce à des tickets d’entrée modérés. De plus, vous n’avez aucune contrainte de gestion des biens immobiliers. Les SCPI permettent de mutualiser les risques grâce à des investissements variés (bureaux, commerces, locaux) et répartis dans différentes zones géographiques (en France généralement mais aussi à l’étranger pour certaines). Les SCPI vous permettent de générer des revenus complémentaires stables, et ce sur le long terme.

Le déficit foncier

Le déficit foncier vous permet de louer un bien et d’en déduire certaines charges. Celles-ci viennent s’imputer sur vos loyers perçus, puis sur votre revenu global à hauteur de 10 700€ par an. Ce dispositif est intéressant lorsque vous réalisez d’important travaux.

Vous pouvez déduire les charges liées à la gestion du bien ainsi que les travaux de réparation, d’entretien et de rénovation. Les intérêts d’emprunt sont uniquement déductibles des revenus fonciers, ils ne peuvent pas générer de déficit sur le revenu global. Vous pouvez tout de même les reporter sur des revenus fonciers des 10 prochaines années. Vous vous engagez à louer votre bien en location nue. Les revenus fonciers sont à déclarer au régime réel, et ce, pendant au moins trois années.

Le déficit foncier est un investissement relativement souple et peu contraignant, car le propriétaire réalise les travaux qu’il souhaite, sans limite de plafond. L’investisseur est plus libre quant à la location de son bien par rapport au Pinel, car le loyer n’est pas plafonné et le locataire n’a pas besoin de répondre à des conditions de ressources spécifiques. L’avantage du déficit foncier est qu’il n’entre pas dans le plafond des niches fiscales.

La loi Malraux

La loi Malraux a été créée en 1962 pour conserver et valoriser le patrimoine français, en encourageant l’achat et la rénovation d’immeubles classés dans des secteurs sauvegardés.

Vous investissez dans un bien immobilier « classé » et devez réaliser des travaux de rénovation. Une partie de ces travaux vous permettront d’obtenir une réduction d’impôt de 22% ou de 30% en fonction de la zone d’investissement. Vous bénéficiez de l’avantage fiscal uniquement pendant la durée des travaux, qui peut s’étaler, au maximum, sur 4 années. Les travaux sont plafonnés à 400 000€, soit une réduction d’impôt maximale de 120 000€.

Le bien doit ensuite être loué en location nue, en résidence principale, pendant 9 années minimum. Vous n’avez pas besoin de respecter un plafonnement des ressources du locataire, ni des loyers. Attention, vous ne pouvez pas louer à un ascendant, ni descendant, ni membre du foyer fiscal.

La loi Malraux s’adresse plutôt aux contribuables ayant une forte imposition, souhaitant développer un patrimoine de caractère à long terme. Ce dispositif n’entre pas dans le calcul du plafonnement des niches fiscales.  

Afin de préparer au mieux sa retraite, nous vous recommandons de vous y prendre tôt. Il est important de diversifier son patrimoine et ses sources de revenus, afin de limiter le risque de ses investissements.

 

Hélène BARRE

-

Articles relatifs

Vous souhaitez
réduire votre
impôt ?

Je lance la simulation

Restez toujours informé

Inscrivez-vous à notre newsletter