Nouvelle-Calédonie : pépite du Pacifique

NOUVELLE-CALEDONIE

Notre tour aux Antilles-Guyane a pu nous émerveiller par ses richesses floristiques et faunistiques. Un voyage onirique qui nous a menés jusqu’aux portes de la belle Réunion. De l’océan Atlantique à l’océan Indien, notre web- série est à présent dans le Pacifique. Aujourd’hui, nous allons à la découverte de l’eldorado du nickel : la Nouvelle-Calédonie.

par Stécy Lancastre

-


 

 

Les lagons de Nouvelle-Calédonie: Une valeur exceptionnelle 

lagon

Les lagons et les récifs coralliens tropicaux de la Nouvelle-Calédonie sont un exemple exceptionnel d’écosystèmes marins. Ils forment un des trois systèmes récifaux les plus vastes du monde. 350 espèces de coraux et quelques1 600 espèces de poissons y vivent. La beauté naturelle des lagons y est exceptionnelle. Les Lagons de Nouvelle-Calédonie constituent un bien en série composé de six zones marines. Ces bouts de paradis bleus représentent l’ensemble de la diversité des récifs et des écosystèmes associés à cet archipel français du Pacifique Sud. En 2008, ils ont été inscrits comme site du patrimoine mondial par l’UNESCO. Ce statut est le résultat d’un travail acharné pour conserver ce bien naturel. Un travail qui a impliqué grandement des pratiques traditionnelles calédoniennes. Couvrant environ 23.000 kilomètres carrés, le lagon de Nouvelle-Calédonie est le plus beau et le plus grand du monde. Pour préserver cette nature luxuriante, des brigades de protection sillonnent quotidiennement ce paradis et enchainent les missions comme la lutte contre le braconnage ou le sauvetage des tortues

Le nickel, première ressource de la Nouvelle-Calédonie

Profondément inscrite dans le paysage et ancrée dans le cœur des habitants, l’industrie du nickel a permis à la Nouvelle-Calédonie d’échapper pendant longtemps à la crise mondiale. La Nouvelle-Calédonie possède entre 20 et 25 % des réserves mondiales en nickel. L’année 2015 marque cependant un ralentissement économique dû à un contexte mondial morose et à la baisse des revenus liés au nickel. Elle garde toutefois sa 16ème place au classement de la Banque Mondiale pour son PIB à parité du pouvoir d'achat qui s’élève à 28 571 euros. Grâce à l’industrie du nickel, la Nouvelle-Calédonie jouit d’un avantage économique beaucoup plus élevé que ses consœurs insulaires. Richesse sans conteste de la Nouvelle Calédonie, le nickel est considéré comme « l’or vert » local. Il maintient la santé économique du territoire, avec 75 % des Calédoniens qui sont embauchés dans le secteur. C’est le deuxième secteur d'emploi sur l'île après la fonction publique.

La culture Kanak, vitrine de la société calédonienne

En Nouvelle- Calédonie, au cœur du Quartier Latin à Nouméa se trouve un musée consacré aux cultures kanak et océaniennes. Ce musée est porteur d'une communauté qui s'est construite autour de l'histoire kanak, avec une diversité et des expressions artistiques propres à l'Océanie. Depuis les années 70, le musée expose une des plus belles collections d'art kanak au monde. C'est aussi la plus complète. Une institution de référence sur cette culture. Vous pouvez d’ailleurs retrouver à Paris les sculptures kanak à la Maison de la Nouvelle-Calédonie. Cette dernière étant un véritable point d'ancrage pour les Calédoniens débarquant dans la capitale française.

L'or noir calédonien : la vanille

Vanille Nc

Appelée aussi « vanille planifolia » la vanille calédonienne séduit de plus en plus de chefs étoilés. À force de travail et d’affinage, ses gousses de vanilles possèdent un taux de vanilline de 4,66% soit le double de la moyenne mondiale (2,38%). Ce travail acharné accompli par un jeune ingénieur en agronomie a reçu en 2014 une médaille d’argent et de bronze en 2013 au concours Général Agricole au Salon International de l’Agriculture de Paris. Considérée comme l’une des meilleures vanilles au monde, cette  variété entre dans le classement des grands crus et bouscule une hiérachie jusque là dominée par les vanilles Bourbon de la Réunion et de l’Océan Indien ! Cette vanille dévoile des notes intenses de fruits confits, de pruneaux et de cacao qui persistent en bouche, un vrai régal ! La gousse calédonienne, reconnue pour sa richesse en vanilline et sa complexité aromatique, devrait à terme se voir couronner de la mention AOP (Appellation d’Origine Protégée).

 

 

La fréquentation touristique  en hausse

cap ndoua

La fréquentation touristique est en hausse de plus de 6% en 2015. Des chiffres qui stagnaient depuis une dizaine année. 114.000 visiteurs ont atterri sur le fenua en 2015. Une augmentation significative qui représente 7000 touristes supplémentaires. La hausse est particulièrement sensible sur les marchés australiens et néo-zélandais, les deux bassins les plus proches de l'archipel, qui enregistrent respectivement des augmentations de 15,8% et de 25,8%. Ces marchés ont particulièrement été courtisés par les professionnels calédoniens du secteur. En d’autres termes, autant de Japonais que d’Australiens (environ 20.000, ndlr) sont venus se ressourcer sur le caillou.  Toutefois, sa meilleure clientèle reste les Français métropolitains. Ils étaient exactement 37. 245 à avoir posé leurs valises sur le sol kanak. Le tourisme qui représente 5.500 emplois directs, a permis d'injecter 23,4 milliards CFP (195 millions euros) en 2015 dans l'économie calédonienne, soit 1,3 milliard de plus que l'année précédente.  Le nombre de croisiéristes est également en forte hausse, atteignant 444.124 en 2015 contre 183.000 cinq ans plus tôt. La mise en service en 2014 d'une ligne aérienne sur Melbourne, la rénovation du parc hôtelier ou encore l'ouverture d'un hôtel 5 étoiles à Bourail (côte ouest) expliquent aussi ce renouveau touristique.


Nos solutions d’investissement vous intéressent ?

Contactez-nous pour en savoir plus