Le FIP, pour « Fonds d’Investissement de Proximité » finance des PME et permet à ses souscripteurs de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu dont le montant varie selon la localisation des entreprises financées. Mais quel est donc l’intérêt d’investir sur un fonds plutôt qu’un autre ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Pour en savoir plus sur les FIP et leurs différences, contactez nos experts.

Tout d’abord, comment fonctionne vraiment ce FIP ?

Un FIP finance des PME régionales (situées dans 4 régions limitrophes) en collectant des fonds auprès de particuliers redevables de l’impôt sur le revenu.

C’est un outil visant à inciter les contribuables à investir dans des PME françaises. En contrepartie d’un investissement bloqué pendant une période définie, vous bénéficiez l’année suivante d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 38% du montant apporté. Au terme de la durée de blocage, vous récupérez votre capital, avec des plus ou moins-value en fonction de la performance du fonds.

Le montant minimum d’investissement est généralement de 1 000€, ce qui le rend très abordable. Le montant maximum quant à lui est de 12 000€ pour un célibataire et de 24 000€ pour un couple.

De plus, si l’on regarde plus en détail la réduction d’impôt, on se rend compte qu’elle n’est pas le même pour tous les territoires. Lorsque le FIP finance des PME hexagonales (FIP de droit commun), la réduction d’impôt est égale à 18% du montant apporté.

Le calcul pour les autres FIP tels que le FIP Outre-Mer ou le FIP Corse est identique, à la seule différence notable que la réduction d’impôt initiale est de 38% jusqu’au 30 juin 2020 (pour les fonds ouverts en 2019). Pour les nouveaux fonds, elle sera en revanche de 30%.

Quels peuvent être les défauts de ces FIP ?

Ce dispositif permet d’obtenir une réduction d’impôt extrêmement conséquente mais en contrepartie de concession à réaliser pour l’investisseur. Ainsi 3 contraintes ressortent.

La première est la durée de blocage. Même si la durée minimale est de 5 ans, dans les faits, beaucoup de sociétés proposent une durée de blocage beaucoup plus longue. Elle est en effet en moyenne de 8 ans et en cas de prolongation, elle peut même monter jusqu’à 11 ans. C’est le cas notamment de beaucoup de FIP Corse. Les gains sont donc à apprécier sur une durée relativement longue. Si, in fine, le fonds ne sort qu’à l’équilibre, votre gain sera donc uniquement de 18% ou 38%.  Soit pour un blocage moyen de 10 ans, une performance annualisée respectivement de 1,7% et 3,5% Il est important d’investir dans des fonds à période de blocage plus courte. À ce titre certains FIP de droit commun ou Outre-Mer peuvent être de bonnes alternatives.

La deuxième raison est le risque. En effet, un FIP finance des jeunes PME, les risques de pertes sont donc bien présents. Le capital n’est bien sûr pas garanti, vous ne savez donc pas quel montant vous sera restitué. Les trois premiers FIP du leader du secteur en Corse, ouvert en 2008 et 2009 ont accusé par exemple une perte moyenne de plus de 10%. Même si on peut espérer de meilleurs résultats dans le futur, il ne faut pas s’attendre à des performances très élevées. 

La troisième raison se trouve être les frais. Les charges de gestion sont importantes sur un FIP (recherche des sociétés, investissement, suivi, désinvestissement), presque tous les FIP affichent donc des frais de gestion élevés (entre 3% et 5% par an). À ce titre, il est judicieux de viser une période d’investissement de 5 à 6 ans afin de diminuer les frais globaux, tout en vous assurant que votre investissement demeure actif. Il convient donc pour cela rechercher des sociétés de gestion sérieuses capables d’atteindre ces objectifs en maintenant une bonne qualité de gestion.

Faut-il encore investir sur les FIP Corse ?

Si vous souhaitez soutenir directement la Corse et que c’est votre principale motivation, la réponse est oui ! Dans le cas contraire, cela ne semble pas forcement le plus pertinent. En effet, outre les points que nous venons de voir, il existe aussi une grande interrogation par rapport aux montants déjà collectés. Plusieurs centaines de millions d’euros ont déjà été investis depuis 10 ans en Corse, sur un territoire possédant une population active de seulement 100 000 personnes. Le risque est donc de voir la qualité des entreprises financées se dégrader fortement. Les sociétés de gestion n’auront de ce fait que peu de choix afin d’investir à nouveau chaque année. En effet, même si la Corse regorge de trésor, il n’existe probablement pas des milliers de d’entreprises éligibles tous les ans. Si vous cherchez tout de même à profiter des 38% de réductions d’impôt qu’offre cet investissement, vous avez toujours l’option des FIP Outre-Mer. En effet, le PIB de ces territoires est 6 fois plus important que celui de la Corse. De plus ce marché n’est ouvert que depuis 2017. Peut-être un nouvel Eldorado pour les FIP !

 

Julien RUDERI

-

Articles relatifs

Vous souhaitez
réduire votre
impôt ?

Je lance la simulation

Restez toujours informé

Inscrivez-vous à notre newsletter