Parmi les dispositifs fiscaux existants en 2020, nous avons sélectionné 7 astuces permettant de réduire son impôt sur le revenu.

1. Loi Girardin

La loi Girardin tout d’abord est un dispositif d’aide à l’Outre-mer par lequel les particuliers participent financièrement à l’acquisition de matériels industriels qui sont ensuite loués à une entreprise située dans un DOM-TOM. L’Etat prend en charge une partie de cet achat sous la forme d’une réduction d’impôt accordée aux investisseurs. Il s’agit du dispositif qui offre aujourd’hui le montant le plus élevé de réduction d’impôt : l’opération Girardin la plus courante permet une réduction maximum de 40 909€ et ce montant peut aller jusqu’à 60 000€ pour les opérations visant la construction de logement sociaux. Disponible dès 2 500€ d’impôt chez Inter Invest, le dispositif Girardin permet à la plupart des contribuables de bénéficier d’une réduction affectant la totalité, ou du moins une part significative de leur impôt.

2. FIP Outre-mer

Toujours du côté de l’Outre-mer, les FIP investis dans les DOM TOM méritent une attention particulière car ils accordent une réduction d’impôt de 38% du montant souscrit, contre 18% pour les FIP situés en métropole. En souscrivant aux FIP Outre-mer, vous participez au développement de PME ultramarines et bénéficiez en plus de la réduction d’impôt précitée, les distributions et plus-values éventuellement réalisées par le fonds seront exonérées d’impôt à la sortie. Le taux de réduction d’impôt passera de 38% à 30% en cours d’année 2020 en raison de la règlementation européenne d’où l’intérêt de souscrire au plus tôt.

3. Assurance-vie

Il existe également des placements long terme qui bénéficient d’avantages fiscaux incontournables et hors des niches fiscales classiques. L’assurance-vie, un des placements préférés des français, permet de faire fructifier son épargne et de bénéficier d’abattements conséquents sur les gains et de taux d’imposition réduits dès que le contrat a plus de 8 ans. L’épargne est toujours disponible et la concurrence aujourd’hui entre les assureurs offre aux contribuables des frais minimes et une gestion du capital investi adaptée à leur situation. 

4. Plan Epargne Retraite (PER)

Le Plan d’Epargne Retraite permet quant à lui d’investir son épargne afin de se constituer un capital pour la retraite, date jusqu’à laquelle les fonds sont bloqués. C’est le placement pouvant offrir les économies d’impôt les plus significatives car les versements sont directement déduits du revenu imposable donc de la tranche d’imposition la plus élevée. Ce capital investi sera intégré au barème de l’impôt sur le revenu seulement à la sortie du PER, soit à l’âge de la retraite lors duquel beaucoup de contribuables passeront dans les tranches d’imposition inférieures. L’Etat accorde ainsi une avance sur le paiement de l’impôt sur l’épargne placée dans un PER, produit considéré aujourd’hui comme indispensable pour le maintien du niveau de vie à la retraite. C’est le point de départ essentiel de la retraite par capitalisation.

5. La loi PINEL

La détention d’un bien immobilier est un objectif qu’un grand nombre de français se fixent au cours de leur vie. Le financement de la première acquisition et la fiscalité élevée sur les revenus locatifs constituent cependant les principaux obstacles à la prise de décision, mais des avantages fiscaux permettent d’encourager ce type d’investissement. La loi Pinel est un dispositif locatif répandu actuellement car il favorise l’accès à la propriété. En acquérant un bien immobilier neuf, le contribuable bénéficie d’une réduction d’impôt correspondante à un pourcentage du prix du bien répartie sur 6 à 12 ans, contre un engagement de louer ce bien pendant ladite durée dans le respect d’un plafond de loyer. Grâce au levier bancaire, le bien est financé à crédit et la réduction fiscale supprime l’impôt de tout ou partie des revenus perçus de la location. 

6. Le déficit foncier

L’économie d’impôt sur des revenus locatifs peut également résulter, concernant d’autres biens immobiliers hors dispositifs locatifs, de la prise en compte de certaines charges venant diminuer le revenu imposable. Pour le contribuable qui loue son bien nu et touche des revenus fonciers, il est possible de générer un déficit pour alléger l’impôt. Celui-ci naît des charges relatives aux travaux effectués dans ce bien, et elles s’imputent d’abord sur les revenus fonciers et une fois que ceux-ci ont été absorbés, sur le revenu global du contribuable dans la limite de 10 700€ par an sachant que l’excédent peut être reporté sur 10 ans.

7. Location en Meublé Non Professionnel (LMNP)

La location meublée déclarée au régime réel permet au propriétaire-bailleur de déclarer les loyers perçus non pas en revenus fonciers mais en bénéfices industriels et commerciaux, desquels il peut déduire les charges afférentes à ce bien et surtout les charges d’amortissements relatives aux meubles et à l’immeuble alors mêmes que ces dernières charges ne sont pas effectivement décaissées. Les revenus locatifs exonérés peuvent donc de ce fait être supérieurs aux charges payées en amont et constituer un gain significatif. 

Théodore SCHIELE

Théodore SCHIELE

-

Articles relatifs

Vous souhaitez réduire
votre impôt ?

Découvrez de quel montant vous pouvez réduire votre impôt grâce à notre simulateur

Je fais la simulation

Restez toujours informé

Inscrivez-vous à notre newsletter