Nos clients parlent de nous !

Lorsqu’il s’agit d’investissement, il est fréquent d’entendre parler de profil investisseur, ou profil de risque. Concrètement, le profil de risque correspond au rapport entre le désir de performance de l’investisseur et la prise de risque qu’il est prêt à endurer. Certains placements n’entraînent aucune perte de capital. C’est notamment le cas des produits d’épargne réglementés (Livret A, LDD, LEP, etc.). Ces derniers conviennent aux épargnants prudents, qui ne souhaitent prendre aucun risque. À l’inverse, la Bourse ou encore les OPCVM, qui nécessitent de prendre plus de risque et qui n’excluent aucune perte en capital conviendront davantage aux épargnants avec un profil de risque plus dynamique. Quel placement financier choisir selon mon profil de risque ? Nous vous livrons quelques éléments de réponse sans plus tarder.

Le profil de risque de l’investisseur : qu’est-ce que c’est ? 

L’important d’affiner le profil risque de l’investisseur 

Chaque investisseur à un profil de risque qui lui est propre. Autrement dit, il sait pertinemment quel est le degré de risque qu’il souhaite prendre pour obtenir des rendements.

D’une manière générale, les profils de risque varient de très prudent à très dynamique. Un investisseur au potentiel de risque très prudent a à cœur de conserver son capital de base, quitte à profiter d’un rendement plutôt faible. À l’inverse, un investisseur au profil de risque très dynamique n’hésite pas à réaliser des placements dits risqués pour générer d’importants rendements. Cela, même s’il existe une possibilité de perte en capital. 

Déterminer son profil d’investisseur en amont

Pour déterminer son profil d’investisseur, il est important d’intégrer différents critères :

  • la situation familiale et professionnelle de l’épargnant ;

  • sa situation financière et patrimoniale ;

  • sa capacité à supporter d’éventuelles pertes ;

  • ses objectifs (préparer sa retraite, transmettre un capital, financer les études des enfants, capitaliser son épargne, etc.) ;

  • son horizon de placement, soit le temps dont dispose l’investisseur pour atteindre l’objectif fixé (court, moyen ou long terme) ;

  • sa tolérance au risque, ou le niveau de risque qu’il est prêt à prendre ;

  • ses connaissances en matière de placement financier. 

Déterminer son profil de risque en amont est le meilleur moyen de savoir avec précision vers quel type de placement financier se tourner pour placer son épargne (actions, livrets d’épargne, obligations, etc.). Plus précisément, spécifier son profil d’investisseur offre la possibilité de définir une stratégie adaptée au niveau de risque que l’épargnant est prêt à prendre pour atteindre ses objectifs.

Il s’agit, d’ailleurs, d’une obligation de la directive européenne MIF 2 (Markets in Financial Instruments) qui tend à renforcer et à préciser les obligations des institutions financières. Cette dernière précise que les organisations doivent instaurer des questionnaires afin de déterminer le profil d’investisseur des épargnants qu’ils accompagnent.

Les trois principaux profils de risque types 

Chaque institution financière est libre de définir ses profils de risque types. Toutefois, en règle générale, l’on recense trois grandes catégories.

  1. Le profil prudent (ou sécuritaire) : l’investisseur n’a aucune aversion au risque. Il préfère sélectionner des investissements sûrs et sans risque de perte en capital quitte à sacrifier la performance.

  2. Le profil équilibré : l’investisseur est prêt à prendre un niveau de risque moyen pour obtenir plus de rendements à moyen ou long terme. 

  3. Le profil dynamique : l’investisseur est très tolérant au risque. Il privilégie la performance avant tout, quitte à miser sur des placements plus risqués pour faire fructifier son patrimoine.

Sélectionner le placement financier en fonction de son profil de risque

Les livrets sécurisés ou l’assurance vie en fonds euros pour les profils prudents 

Les épargnants qui ont un profil d’investisseur prudent cherchent avant tout à minimiser la prise de risque pour éviter toute perte en capital. Cela, quitte à bénéficier d’une rémunération moindre. Pour ce faire, il est possible de se tourner vers :

  • l’épargne réglementée, avec le Livret A, le LDD, le LEP, etc. ;

  • le compte et plan épargne logement (CEL, PEL) ;

  • l’assurance vie en fonds euros.

Les livrets réglementés et l’assurance vie en fonds euros constituent les placements les moins risqués. Certes, les taux de rendement restent assez faibles (2 % pour le Livret A, par exemple), mais l’épargnant est certain de ne pas perdre son capital de départ. Les intérêts de ce type de contrat sont également exonérés d’impôts. De la même manière, il est possible de réaliser des retraits et des versements à tout moment sur le contrat. 

En revanche, il est important de souligner que l’épargne réglementée regroupe des livrets qui sont souvent plafonnés. Cela peut léser les épargnants qui ont une capacité d’épargne importante. Dans ce cas, mieux vaut se tourner vers un contrat d’assurance vie en fonds euros qui n’affiche aucun plafond. Toutefois, le contrat d’assurance vie s’envisage sur le long terme. Il faut, en effet, patienter au minimum huit ans pour profiter des avantages fiscaux offerts. 

Le PEA, l’assurance vie en unités de compte ou l’immobilier pour les profils équilibrés 

Les épargnants au profil risque équilibré peuvent, quant à eux, se tourner vers des placements un peu plus risqués pour générer des bénéfices. C’est notamment le cas :

  • du Plan d’Épargne en Actions (PEA), pour réaliser un premier investissement en Bourse sans prendre trop de risques. Le PEA ne nécessite pas d’être un expert de la finance boursière puisque sa gestion peut être assurée par un organisme tiers (et non pas l’investisseur lui-même) ;

  • de l’assurance vie en unités de compte (UC), qui contrairement à l’assurance vie en fonds euros n’exclut pas la possibilité de perdre du capital, mais offre la possibilité d’atteindre des rendements plus conséquents ;

  • de l’immobilier indirect, avec l’achat de parts de SCPI, par exemple. 

La Bourse et les OPCVM pour les profils de risque dynamiques

Les épargnants au profil de risque dynamique, de leur côté, n’hésitent pas à prendre des risques plus élevés en contrepartie d’une forte valorisation de leur capital de départ. En ce sens, ils peuvent se tourner vers la Bourse et acheter des actions en direct. Bien que volatil, ce placement peut offrir des performances financières très élevées. 

Les OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) sont également une alternative pour les épargnants qui n’ont ni le temps ni les connaissances suffisantes pour gérer un portefeuille seul. L’OPCVM peut alors prendre la forme d’une SICAV ou d’un FCP, par exemple, et est géré par un tiers. 

Sur le long terme, les actions et les OPCVM sont les placements qui offrent d’excellents rendements. En revanche, le niveau de risque qui y est associé est particulièrement conséquent à cause de l’importante fluctuation des marchés financiers

Quel placement financier pour quel profil d’investisseur ? 

Voici un tableau récapitulatif des placements financiers les plus adaptés à chaque profil de risque.

Placement financier

Profil de risque

Durée de l’investissement 

Niveau de risque encouru

Rendement

Livret réglementé

Prudent

Court terme

Aucun

Faible

PEL, CEL

Prudent

Moyen terme

Aucun

Faible

Assurance vie en fonds euros

Prudent

Long terme

Aucun

Moyen

Assurance vie en unités de compte

Équilibré ou dynamique en fonction de la répartition des actifs

Long terme

Moyen à fort selon la répartition des actifs

Moyen à fort en fonction de la répartition des actifs

Immobilier

Équilibré ou dynamique en fonction de la répartition des actifs

Long terme

Moyen

Moyen à fort

PEA

Dynamique

Long terme

Fort

Fort

Bourse

Dynamique

Long terme

Fort

Fort

OPCVM

Equilibré ou dynamique

Long terme

Moyen à fort selon le choix des supports 

Moyen à fort


Foire aux questions

Quel est le profil des investisseurs ?

Il existe trois grandes catégories de profils d’investisseurs :

  • le profil prudent ;

  • le profil équilibré ;

  • le profil dynamique.

Comment déterminer le profil investisseur ?

Pour déterminer son profil d’investisseur, il est important de prendre le temps de considérer différents éléments :

  • la situation familiale et professionnelle de l’épargnant ;

  • sa situation financière et patrimoniale ;

  • ses objectifs à travers le placement ;

  • son horizon de placement (court, moyen ou long terme) ;

  • sa tolérance au risque, ou le niveau de risque qu’il est prêt à prendre ;

  • ses connaissances en matière de placement financier.

Quel est le profil risque-rendement ?

En règle générale, l’épargnant au profil risque prudent génère peu de rendement. L’épargnant au profil risque équilibré génère un taux de rendement moyen. L’épargnant au profil risque dynamique mise sur des placements qui peuvent être très porteurs.

Jérôme DEVAUD

-

Sommaire


    Contactez-nous !

    Contactez-nous !
    Je prends contact

    Pour approfondir

    Découvrir d'autres
    thématiques