Nos clients parlent de nous !

Investir en Bourse peut s’avérer être un pari gagnant sur le long terme. Toutefois, il convient d’être pleinement renseigné sur cet investissement afin de réaliser un placement boursier performant. Pour réussir, en effet, il faut être méthodique, et être capable de laisser ses émotions de côté. Compte-titres, plan d’épargne en actions ou encore assurance-vie, les statistiques montrent que les rendements de ce type de placement peuvent être avantageux, si vous êtes patient et que vous écartez les aléas qui peuvent survenir sur les marchés financiers. Comment investir en bourse lorsque l’on est débutant ? Quelles actions acheter ? Quelles sont les précautions à prendre pour réussir ? Toutes les réponses dans notre guide.

Investir en Bourse : qu’est-ce que ça signifie exactement ?

Vous investissez en Bourse dès lors que vous achetez ou vous vendez des titres sur des marchés financiers. Les plus connus sont implantés à Paris (Euronext Paris), à New York (NYSE, NASDAQ) et à Londres (London Stock Exchange). 

Ces places de marché sont des lieux où les émetteurs de titres (des États, des entreprises, etc.) attirent les investisseurs. C’est ici que les vendeurs vendent leurs titres et que les investisseurs les rachètent. 

Ces titres peuvent être des actions ou des obligations. En d’autres termes, il s’agit de parts de sociétés cotées. Chaque action représente une part du capital d’une société. Plus un associé détient d’actions ou d’obligations, plus sa part dans la société est conséquente. Ainsi, en tant qu’investisseur, lorsque vous achetez une action pour investir en Bourse, vous devenez un actionnaire. En devenant un associé de l’entreprise, vous investissez dans ce que l’on appelle l’économie réelle.   

Notez, en revanche, qu’il existe une différence entre action et obligation. En effet, lorsque vous achetez des actions, vous achetez un droit de propriété sur une partie du capital de la société. Une obligation est un titre de créance émis par un État ou une entreprise pour emprunter des fonds sur les marchés financiers. Lorsque vous achetez une obligation, vous percevez des intérêts en contrepartie de votre participation, puisqu’en quelque sorte, vous prêtez de l’argent à ces organisations. 

Pourquoi investir en Bourse ?

Se constituer une source de revenus complémentaires

Investir en Bourse vous offre la possibilité de vous constituer une source de revenus supplémentaires, notamment grâce aux dividendes générés par les sociétés dans lesquelles vous détenez vos titres.

Selon la nature de vos titres (actions ou obligations), ces dividendes peuvent représenter :

  • une quote-part des bénéfices de l’entreprise, si en tant qu’actionnaire vous détenez des actions ;
  • des coupons, si vous êtes un investisseur qui possédez des obligations. Ces coupons sont des sortes d’intérêts.

Profiter de belles performances sur le long terme et préserver son pouvoir d’achat

Sur un compte courant ou un simple livret d’épargne, il arrive que votre argent se dévalue à cause de l’inflation. Or, investir en Bourse vous offre souvent de meilleures perspectives en matière de rendement que si votre épargne était placée sur un Livret A. La conjoncture actuelle, en effet, ne vous permet pas de profiter pleinement des livrets d’épargne classiques, qui disposent le plus souvent de taux d’intérêt très bas.

Pour stimuler votre épargne, il est intéressant d’investir une partie de vos avoirs sur des actifs boursiers. Dès lors, vous profitez du dynamisme de l’économie réelle. D’une façon générale, sur le long terme, les actions ont toujours de meilleurs résultats que tous les autres placements. Il n’y a qu’à regarder les performances à long terme du CAC 40 pour s’en rendre compte. Cet indice, qui regroupe les 40 plus grandes sociétés françaises, affiche un rendement annuel moyen de près de 8,5 %. 

Vous souhaitez en apprendre davantage sur les solutions d’investissement adaptées à votre situation ?

À quel moment faut-il investir en Bourse ?

Dans l’idéal, il est préférable d’investir en Bourse le plus tôt possible, afin de profiter de la performance des marchés et de valoriser votre capital dans la durée. En l’occurrence, vous disposez de plus de temps pour que votre argent fructifie, et pour les différentes variations qui peuvent vous faire perdre de l’argent se corrigent d’elles-mêmes. 

De la même façon, pour investir en Bourse, il convient de réaliser des placements progressifs afin de lisser le risque. Autrement dit, il est préférable de ne pas investir toutes vos économies d’un coup, au risque de voir votre capital se déprécier pendant quelques années, notamment si vous entrez sur un plus haut (belle valorisation des actions). Procédez plutôt à des entrées étalées dans le temps (sur 3 ou 4 mois, par exemple). 

Notez, en revanche, que cette règle ne s’applique que si votre stratégie est d’investir sur du court ou moyen terme. En effet, dans ce cas, la seule règle à respecter est d’être attentif aux opportunités des marchés.

Quelle somme minimale investir en Bourse ?

Il n’existe pas de somme minimum ou maximum à investir dans des actions en Bourse. Le prix de ces dernières, en effet, varie largement (de quelques euros à plusieurs centaines de milliers d’euros). Toutefois, pour bien débuter votre investissement en Bourse, vous devrez placer au minimum entre 200 et 1 000 euros

Quoi qu’il en soit, voici quelques règles à suivre afin de déterminer combien d’argent vous devrez investir en Bourse :

  • Investissez suffisamment pour acheter au moins une action. Même s’il est possible d’investir partiellement dans une action, l’idéal est d’en acheter au moins une en entier.
  • Investissez suffisamment pour diversifier votre portefeuille. Si ce dont vous disposez au début ne vous permet pas de faire une bonne diversification (investir dans des actions d’entreprises de secteurs et de localisations variés), diversifiez vos placements à mesure que vous augmentez votre investissement au fil du temps. 
  • Investissez suffisamment pour ne pas subir les frais de trading. Prenons un exemple. Si vous choisissez d’investir en Bourse pour 100 euros, et que vous revendez vos titres pour 110 euros, vous réalisez un bénéfice brut de 10 euros. Or, si vous payez, 5 euros de frais de trading à chaque transaction, vous devrez régler 5 euros de frais à l’achat puis 5 euros de frais à la vente, soit au total 10 euros de frais. Finalement, aucun bénéfice réel n’aura été réalisé. 

Comment investir en Bourse lorsque l’on est débutant ? 

Définir son profil d’investisseur

Avant d’investir en Bourse, vous devez déterminer votre profil d’investisseur. Autrement dit, vous devez apprendre à vous connaître, et cibler votre tempérament. Pour ce faire :

  • Étudiez le niveau de perte maximum que vous êtes prêt à supporter, sans être angoissé : 5 %, 10 %, 25 % ?
  • Penchez-vous sur votre situation familiale (célibataire, marié, etc.) et votre situation patrimoniale (patrimoine peu élevé, important, etc.).
  • Questionnez-vous sur votre horizon de placement en fonction de votre âge : plus votre horizon de placement est court, plus il sera préférable de ne pas prendre de risques démesurés. Les marchés financiers, en effet, peuvent connaître des fluctuations brutales sur une courte durée. À l’inverse, plus votre horizon de placement peut être lointain, plus vous aurez le temps d’attendre des conditions plus favorables en cas de défaillance des marchés.
  • Notez vos objectifs avant même d’investir en Bourse : vous faire un complément de revenu, augmenter votre capital rapidement, etc. 
  • Évaluez votre disponibilité : plus vous réalisez un investissement risqué, plus vous devrez avoir du temps pour le surveiller, et potentiellement, agir rapidement selon le cours des événements. Si vous n’avez pas beaucoup de temps à accorder à votre investissement boursier, il est préférable d’opter pour des investissements prudents, qui ne nécessitent pas de suivi régulier.
  • Étudiez vos compétences : si vous êtes débutant sur les marchés financiers, adoptez plutôt un profil prudent, afin de vous laisser le temps d’apprendre et d’accumuler de l’expérience sans risquer de perdre vos avoirs. Si, en revanche, la Bourse vous est familière, alors vous pouvez prendre plus de risques, puisque son fonctionnement vous est limpide, et que vous avez une vision claire de votre stratégie d’investissement.  

Apprendre à vous connaître vous permettra d’affiner votre stratégie, et surtout, de savoir sur quels titres exactement réaliser votre investissement boursier.

Choisir sa stratégie d’investissement en Bourse

Il existe différentes façons d’investir en Bourse. Vous devez, vous aussi, trouver le mode d’investissement qui vous convient le mieux, par les trois principales catégories référencées :

  • l’investissement de long terme : vos opérations tendent à faire fructifier votre épargne sur une durée au moins supérieure à 4 ou 5 ans. Vous cherchez avant tout la rentabilité ;
  • le trend following : vous suivez les tendances grâce à des analyses graphiques et techniques. Cette méthode, correctement utilisée, permet d’identifier les différentes vagues haussières, et de les prendre au bon moment afin de maximiser les performances de l’investissement. Il s’agit d’une stratégie de court à moyen terme. 
  • le trading, ou day trading, qui est un investissement à court terme. Il s’agit d’une stratégie d’investissement qui consiste à clôturer chaque jour l’ensemble de ses positions avant la fermeture des marchés. Investir en Bourse de la sorte demande un grand investissement de votre part. 

Déterminer une liste de valeurs à suivre 

Afin de savoir dans quelles actions investir en Bourse, vous pouvez vous constituer une liste de valeurs à suivre. À travers cette liste, vous ferez une présélection des meilleures actions à vos yeux. Vous pourrez alors y piocher lorsque le moment sera opportun.

Pour ce faire, vous pouvez classer les titres selon la qualité de leurs fondamentaux financiers, ou de leurs perspectives de résultats. Une autre alternative est de présélectionner les titres dont la tendance boursière est favorable.  

Définir l’enveloppe fiscale sur laquelle investir

Pour commencer à investir en Bourse, vous devrez ouvrir un compte dans une banque ou chez un courtier en ligne. Ensuite, vous devez choisir votre enveloppe fiscale, soit le contenant qui détermine la fiscalité à laquelle les gains seront imposés. En France, on recense six enveloppes fiscales différentes :

  • le Plan d’Épargne en Actions (PEA) ;
  • le plan d’épargne en actions PME-ETI ;
  • le Compte-Titres Ordinaire (CTO) ;
  • l’assurance-vie ;
  • le contrat de capitalisation ;
  • le Plan d’Épargne Retraite individuel (PER).  

Le PEA 

Si vous souhaitez investir sur le moyen ou long terme sur les marchés financiers dans les actions, le PEA est l’enveloppe fiscale idéale. Le plan d’épargne en actions se compose :

  • d’un compte-titres ;
  • d’un compte espèce, sur lequel vous pouvez verser vos dividendes et où seront prélevés les frais de gestion.

Le PEA est une enveloppe fiscale particulièrement avantageuse pour investir en Bourse. Et pour cause ! Il offre la possibilité aux particuliers fiscalement domiciliés en France de gérer leur portefeuille de valeurs mobilières sans payer d’impôts sur les plus-values réalisées, et sans être imposés sur les dividendes perçus au sein du PEA. 

Si vous faites un retrait sur votre PEA, en outre, la fiscalité sera plus ou moins attractive selon la durée de détention du contrat. On compte plusieurs tranches : avant 2 ans, entre 2 et 5 ans, entre 5 et 8 ans et au-delà de 8 ans. Après 8 ans de détention, vous bénéficiez d’un avantage fiscal considérable. En effet, il existe dans ce cas une exonération de l’impôt sur vos plus-values. En revanche, les prélèvements sociaux, à hauteur de 17,2 % restent dus. 

Notez que pour évaluer la durée de détention de votre contrat, l’administration fiscale prend en compte la date d’ouverture du contrat, et non pas la date de vos différents versements. D’un point de vue fiscal, il peut être intéressant d’ouvrir un PEA pour prendre date, et ce, même si vous n’y déposez qu’une petite somme. 

Malgré ces avantages considérables, le PEA connaît aussi quelques limites. En l’occurrence, en tant qu’investisseur, vous ne pouvez investir que des actions cotées ou non cotées d’entreprises dont le siège se situe dans l’Union européenne. Pour investir dans des actions américaines ou sur des marchés émergents, vous devez investir par le biais d’OPCVM, ou d’ETF (Exchange Traded Funds) aussi appelés trackers. Tout retrait avant les 5 ans de vie du contrat entraîne la fermeture du compte. Enfin, le plafond de versement du PEA est limité à 150 000 euros et vous ne pouvez détenir qu’un seul PEA par personne. 

L’assurance-vie 

Notez qu’il est aussi possible d’investir en Bourse par le biais d’un contrat d’assurance-vie multisupport. À la différence du PEA, il n’existe ici aucun plafond en ce qui concerne les montants souscrits dans les contrats d’assurance-vie. De la même manière, vous n’êtes pas limité aux actions européennes, et pouvez composer votre portefeuille en choisissant parmi les nombreux supports éligibles : fonds d’investissement, EFT internationaux, actions, obligations, etc. 

L’assurance-vie jouit d’un cadre fiscal privilégié pour accueillir vos placements. Elle offre, en effet, des caractéristiques intéressantes tant au niveau des droits de succession que sur l’imposition sur le revenu. En revanche, les revenus (intérêts et dividendes) sont soumis aux prélèvements sociaux au taux de 17,2 %. En effet :

  • après 8 ans, vos gains ne sont plus soumis à l’impôt sur le revenu (hors prélèvements sociaux) ;
  • en matière de succession, le capital profite d’un régime d’imposition très avantageux. Pour les versements réalisés avant 70 ans, le bénéficiaire désigné perçoit les fonds sans droits de succession jusqu’à 152 500 euros. Il existe une taxation forfaitaire de 20 % au-delà, puis de 31,25 % au-dessus de 700 000 euros. Pour les versements effectués après 70 ans, le bénéficiaire perçoit les fonds sans droits de succession jusqu’à 30 500 euros. Au-delà de ce montant, la taxation s’applique en fonction du barème des droits de succession. Notez, en outre, que les intérêts des plus-values des versements effectués après 70 ans sont entièrement exonérés. 

En bref, l’assurance-vie est un placement universel, qui vous donne accès à une gamme d’investissement diversifié. Vous pouvez ainsi moduler votre prise de risque sur du moyen ou long terme. 

Le compte-titres ordinaire

Le Compte-Titres Ordinaire (CTO) est l’enveloppe fiscale la plus souple pour investir en Bourse. Il s’agit d’un compte classique, qui ne bénéficie, en revanche, d’aucun avantage fiscal. La fiscalité qui s’applique est donc celle des revenus du capital, soit 30 % d’imposition (flat tax), prélèvements sociaux inclus. Les gains actés dans l’année sont ainsi imposables l’année suivante. L’impôt, toutefois, peut être minoré par le biais d’abattements, selon la durée de détention des titres acquis, soit par le biais de compensation entre moins-values et plus-values.  

Le compte-titres permet une grande souplesse, grâce à des mouvements possibles à tout moment (dépôts ou retraits). Il n’est soumis, en outre, à aucun plafond de versement. Le CTO vous donne accès à un très grand nombre de supports sur tous les continents.

Grâce à lui, vous pouvez également investir en Bourse avec un effet de levier, soit investir plus que votre mise initiale, acheter des matières premières ou vendre à découvert afin de miser sur la baisse des cours.

Dans l’idéal, il est conseillé d’ouvrir un compte-titres une fois que vous détenez déjà un PEA et une assurance-vie. De cette façon, vous pourrez investir dans des actifs alternatifs, ou profiter de l’effet de levier. 

Les autres enveloppes fiscales

Le plan d’épargne retraite individuel

Il est possible d’investir en Bourse par le biais d’un Plan d’Épargne Retraite (PER) individuel. À l’instar du contrat d’assurance-vie, le PER offre une très large gamme de supports. En effet, le PER (link vers https://www.inter-invest.fr/guides/epargne/per)  permet d’investir sur les marchés actions, obligataires et immobiliers au travers d’EFT, de titres vifs (action ou obligation individuelle) ou d’OPCVM. À travers un PER, l’investisseur peut investir dans des actions françaises ou européennes.

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur le Plan d’Epargne Retraite ?

Le plan d’épargne en actions PME-ETI

Le PEA PME-ETI a été créé en 2014. Il vous offre la possibilité d’investir dans des actions, cotées ou non, de Petites et Moyennes Entreprises (PME) ou d’Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI), avec un dépôt de plafond de dépôt de 225 000 euros. Notez que le PEA PME-ETI est cumulable avec un PEA classique. En revanche, si vous détenez ces deux plans, la totalité de vos dépôts ne peut dépasser 225 000 euros. 

Le PEA PME-ETI dispose des mêmes avantages fiscaux ainsi que des mêmes conditions d’ouverture que le PEA classique. Toutefois, les sociétés dont les titres sont éligibles au PEA PME-ETI doivent, elles, respecter certaines conditions telles que :

  • avoir moins de 5 000 salariés, être implantées en France ou dans un État de l’Union européenne, faire moins de 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires par an, ou avoir un total de bilan de moins de 2 milliards d’euros ;
  • si la société est cotée, sa capitalisation boursière doit être inférieure à un milliard d’euros et aucune personne morale ne doit détenir plus de 25 % de son capital. 

L’un des principaux inconvénients du PEA-PME, en revanche, est que son univers d’investissement est très réduit, puisqu’il se limite aux actions de sociétés PME-ETI françaises et européennes. 

Le contrat de capitalisation 

Le contrat de capitalisation est un placement financier qui permet de capitaliser une somme d’argent. Avec ce contrat, vous pouvez investir sur des SCPI, des OPCMV ou encore des SICAV. 

En tant qu’investisseur, vous avez la possibilité de retirer votre argent à tout moment pendant toute la durée de vie du contrat. Vous pouvez également modifier vos supports d’investissements en effectuant des arbitrages. 

Opter pour les bons supports d’investissement 

Une fois que vous avez sélectionné la bonne enveloppe fiscale selon votre profil d’investisseur, vous pouvez réaliser vos investissements. Vous pouvez donc :

  • acheter des actions individuelles ;
  • acheter des fonds d’investissement ou des OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) : il s’agit de paniers d’actions gérés par des professionnels ;
  • acheter des EFT (Exchange Traded Fund), ou trackers : il s’agit de paniers d’actions qui répliquent un indice boursier. Les EFT sont très diversifiés, et coûtent généralement moins chers que les OPCVM classiques. Les trackers sont une solution idéale pour gérer un portefeuille très diversifié et profiter du dynamisme des bourses du monde.

Comment choisir parmi les différentes enveloppes fiscales qui existent ? 

Si vous réalisez votre premier investissement boursier, il est préférable de commencer par l’assurance-vie. Vous pourrez ainsi mieux gérer votre exposition aux marchés financiers grâce à un choix de supports d’investissement plus large. Toutefois, cela ne vous empêche pas d’ouvrir un PEA en parallèle, qui est plus avantageux fiscalement. 

Une fois que votre assurance-vie et votre PEA sont bien garnis, vous pouvez viser des gains supplémentaires avec le compte-titres et profiter de son effet de levier, qui vous permet d’investir au-delà de votre mise initiale. Avec 1 000 euros, par exemple, vous pourrez investir 2 000, 3 000 voire 10 000 euros. De la même façon, vous multipliez vos gains par 2, 3 ou même 10. Toutefois, prenez garde, car vous multipliez également le risque de pertes. 

L’importance de diversifier en Bourse et d’investir progressivement 

Ce qu’il faut bien retenir avant d’investir en Bourse, c’est qu’il est important de diversifier son portefeuille afin de répartir les risques. Autrement dit, ne mettez pas « tous vos œufs dans le même panier ». 

Plus le nombre de titres détenus est vaste, plus il sera possible de rattraper une éventuelle contre-performance. Ainsi, vous mutualisez les risques et évitez les pertes de capital trop importantes. Comptez entre 5 et 10 placements différents afin de profiter d’un bon équilibre entre facilité de gestion et diversification. 

De la même façon, pensez toujours à investir progressivement. Plutôt que d’investir toutes vos économies d’un coup, investissez de manière régulière (chaque mois, par exemple) une somme identique. Entrer sur les marchés de façon régulière sur une période assez longue vous permettra, en outre, de lisser les prix d’entrée.

Quelques conseils pratiques avant d’investir en Bourse 

Avoir certaines connaissances basiques

Si investir en Bourse reste relativement accessible au plus grand nombre, il convient malgré tout d’avoir certaines connaissances afin d’éviter les pertes. Dans l’idéal, il est préférable de maîtriser certains principes de base en économie et en finance. Il faut investir avec méthode et de façon disciplinée. 

De la même façon, il convient de se renseigner sur les produits financiers, leurs risques ainsi que leurs mécanismes. Avant d’investir sur une action ou une autre, regardez attentivement la santé financière de l’entreprise qui émet les titres, ainsi que ses perspectives.

Investir l’argent dont vous ne vous servez pas

En matière d’investissement boursier, vous encourez des risques. Vous n’êtes jamais certain de réaliser des gains. Au contraire, vous pourriez perdre en quelques minutes seulement la totalité de la somme investie. Aussi, il est préférable d’investir de l’argent que vous n’utilisez pas.

Évitez donc de placer toute votre épargne sur des supports boursiers. Assurez-vous toujours d’avoir une épargne de précaution, égale à environ six mois de revenus, sur des placements 100 % sécurisés, comme un livret d’épargne, par exemple. En cas de perte en capital, il est important que votre niveau de vie ne soit pas impacté. Vous l’aurez compris, il est important d’investir en Bourse en ayant des objectifs en gains, mais aussi en pertes. 

Maîtriser ses émotions

Vous ne pouvez pas contrôler les mouvements de hausse ou de baisse des marchés financiers. En revanche, il est primordial que vous contrôliez vos émotions face à ces événements. Tenez bon face aux titres de l’actualité, qui peuvent vous inciter à vendre ou à acheter. 

De la même façon, ne vous laissez pas submerger par une courbe à l’allure descendante. Ne cédez jamais à la panique. Dans ces moments-là, souvenez-vous que c’est sur le long terme que votre placement sera payant. C’est pourquoi il est important de se fixer une méthode d’investissement à long terme, et de s’y tenir. 


Foire aux questions

Comment gagner de l’argent avec peu d’investissement ?

Il existe différentes façons de gagner de l’argent avec peu d’investissement. Vous pouvez :

  • investir en Bourse ;
  • placer dans l’immobilier ;
  • investir dans l’assurance-vie ;
  • placer de l’argent sur un compte épargne. 
Est-ce qu’une entreprise peut investir en Bourse ?

Oui, une entreprise peut investir en Bourse (SARL, SAS, etc.).

Comment apprendre en Bourse ?

Pour apprendre en Bourse, vous pouvez vous pencher sur des livres reconnus, vous inscrire à une session de formation dédiée, ou faire vos propres tests avec des petites sommes. 

Jean-Baptiste de PASCAL

-

Sommaire


    Contactez-nous !

    Vous souhaitez avoir de plus amples informations ?

    Contactez-nous !

    Pour approfondir

    Découvrir d'autres
    thématiques